top of page
HostageBillie Eilish
00:00 / 03:50

LILITH : 1 - Jardin



Partie 1 : Jardin


Quand elle ouvre les yeux pour la première fois de sa vie, le visage d’un homme est la première image qui arrive à son esprit. Elle ne sait pas pourquoi, mais elle sent une liaison entre elle et l’homme qui lui fait face. D’ailleurs, elle ne connaît rien. Mais l’ignorance n’a pas l’air de la déranger. Tout ce qu’elle désire c’est de savoir le nom de cette personne qui est en face d’elle. Mais elle est trop timide, trop jeune, trop apeurée pour oser lui demander son nom. Alors elle reste là, sur le sol à partir duquel elle est issue, et regarde le corps nu de cet individu en face d’elle. Elle le scrute, en analyse les moindres détails et touche son propre corps. Quand elle arrive au niveau de sa poitrine, elle sent deux proéminences que l’homme ne possède pas. Une anomalie également du côté du pubis. Et malgré ces différences, elle ressent une vive attraction envers la personne d’en face. Elle désire le toucher, curieuse, mais un petit coup de jus passe entre leurs peaux et les affolent. Elle part se cacher derrière un rocher et il en fait de même.

Les premières minutes passent et, ne ressentant aucune agressivité venant de l’homme, elle sort de sa cachette. Elle se dirige vers la cachette de l’homme et se présente discrètement. Il ne faudrait pas lui faire peur. Les deux individus se regardent d’abord, puis en reviennent à se toucher : l’électricité n’est pas au rendez-vous mais le coup de foudre opère entre eux. Ils continuent à se toucher, se caresser, s’expérimenter, se découvrir. Autant l’autre que soi. Ils rapprochent, leur souffle se saccade. Du bout de son nez, elle se laisse aller à l’odeur qu’il dégage. Une boule leur serre le ventre mais, sans savoir pourquoi, ils savent qu’ils ne font rien de mal : ils sont fidèles à leur nature. Une chose en entraînant une autre, il la pénètre avec innocence, elle l’accueille avec légèreté. Il et elle ne font plus qu’un. Il devient Homme et elle devient Femme.

Les jours passent et ce jardin de délices voit Femme et Homme continuer à se fréquenter. Ils ne possèdent toujours pas de nom mais leur relation se fait comprendre avec le temps. Après tout, ils ne sont quasiment personne alors ils peuvent être qui ils veulent : pourquoi se cantonner des noms si ce n’est que pour nous catégoriser après ? Aucun des deux ne veut posséder un nom propre. Et puis, ils ne sont qu’eux, après tout.



Mais alors que les jours se transforment en semaines, Femme voit son ventre s’arrondir. Elle ne comprend pas ce qu’il se passe. Homme est perplexe également. Lui non plus ne saisit pas les faits.

Tourmentée par la transformation qu’elle vit, Femme s’isole de plus en plus, pensant que son ventre va bientôt se rompre. Qu’y a t’il en elle ? Elle n’en sait rien. Alors, Femme expérimente la peur. Seule, un soir, Femme est prise de contraction. Elle croit son heure venir. La douleur est intense : il y a quelque chose en elle. Paniquée, sa première réaction est de contracter son corps pour expulser cette chose qui lui tord le ventre. Elle pousse longuement, de toutes ses forces. Puis une déchirure dans son bas ventre se fait ressentir. Mais assez rapidement, la douleur se soustrait pour laisser place à un vide. Alors qu’elle reprend sa respiration, elle se relève pour constater ce qui vient de sortir d’elle. Inanimée, cette chose possède cependant quelque chose : de l’amour. Femme ne sait l’expliquer mais en l’espace d’un instant, son cœur se brise.



Femme ne sait pas alors Femme ne dit pas. Elle revient vers Homme et lui cache la raison de sa longue absence. Homme est tellement heureux qu’il n’ose pas lui demander la vérité. Cependant, quand Femme se retrouve face à son compagnon, il manque quelque chose. Elle ne sait comment lui. Alors qu’ils célèbrent leurs retrouvailles, Homme se fait insistant. Homme essaye de forcer un peu. Femme ne tient plus : elle le rejette vivement. Homme la fixe. Femme détourne la tête ; dire la vérité ne serait que la rendre encore plus cruelle. Et cela ferait souffrir Homme. Alors, Femme prend sur elle, se fait violence, se dit que cela ne peut pas être pire.



Les jours passent et Femme plonge de plus en plus dans la dépression. Elle ne comprend toujours pas ce qu’il s’est passé. Elle développe de ce fait peu à peu une réflexion propre. Elle est dorénavant plus distante avec son compagnon qui ne se fait aucune idée du mal-être de Femme.

Quand Femme commence à montrer des réticences à avoir des rapports intimes avec Homme. Elle trouve qu’il n’est qu’un rustre. Pour Femme, Homme est égoïste, antipathique, sans valeur. Il ne pense qu’à se satisfaire, au mépris de ses sentiments. Et ce rapport de force découle sur leur quotidien. Tant, qu’un jour, Femme craque. Elle n’a toujours aucune idée de ce qu’est la chose sortie de son ventre, mais elle ressentait quelque chose dans son ventre. Elle se détache de l’emprise de son conjoint et se met à courir. Où ? Ça, elle seule le sait. Elle court, le plus vite possible. Elle sait, au fond d’elle, qu’il n’est pas trop tard. Lorsqu’elle arrive sur les lieux de son accouchement, la chose qu’elle a expulsé est toujours au même endroit. Dans un incroyable état de conservation. Femme s’en approche : qu’est-ce que cette chaleur dans son ventre peut bien être ? Elle passe plusieurs minutes à scruter cet enfant mort-né ; elle comprend alors une partie du lien qui les unit. Pas totalement. Le savoir l’aurait détruite.

Instinctivement, le coté maternelle de Femme se réveille. Et, comme une prémisse de civilisation, Femme enterre son enfant. Une aussi petite chose ne nécessite pas un grand trou dans le sol. Sans le savoir, elle offre enfin à l’âme de ce petit corps le repos éternel.

Après la tristesse, vient la rage. Et Femme l’expérimente un peu plus chaque jour. Homme est de plus en plus dominant, menaçant. Mais Femme ne compte pas se laisser faire. Après tout, ils sont tous deux issus de la terre de ce jardin infini : ils sont égaux ! Alors, pour le rappeler à l’ordre, elle crie un nom.



Dans un immense flash de lumière, Dieu apparaît. Cette intervention divine effraye Homme. Il ne comprend pas ce qu’il se passe. Femme non plus d’ailleurs. Mais elle n’a pas peur. Contrairement à son homologue masculin, Femme a déjà expérimenté la peur. Et elle s’est jurée de ne plus jamais connaître cette émotion. Alors que Dieu lui fait face, elle reste de marbre. Femme le fixe : il présente beaucoup de similitudes physiques avec Homme. Aussi, elle note le drap blanc habillant le corps de cet autre homme. Et elle constate sa nudité. Femme n’en a pas honte. De plain-pied, elle continue de commenter cet homme dans son esprit. Homme, homme, homme… Femme commence à changer d’avis sur les hommes. Après tout, son compagnon est imbu de sa personne et Dieu semble être de même. Oui, Femme commence à détester les hommes et les prend pour responsable de son malheur. Les voir la dégoûte. Elle prend alors son courage à deux mains et s’enfuit. Elle ne veut plus être ici. Tout ici la fait souffrir. Alors elle court, cherchant la sortie de ce jardin luxuriant. Hélas, celui-ci ne connaît ni début, ni fin. Femme a beau s’aventurer dans toutes les directions, elle retombe systématiquement sur un jeune arbre. Celui-ci est spécial : Femme le sent. Toujours dans l’ignorance, elle décide de bâtir domicile à cet arbre.

0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page